Comment régler les tensions de sa surjeteuse?

Hello toi !

Si tu as cliqué sur mon article, c’est que le thème de la surjeteuse t’intéresse, je me trompe ? Peut être viens-tu d’acheter une surjeteuse ? Ou alors, tu comptes la mettre sur ta liste pour le Père Noël ?

Je possède la mienne depuis quelques mois. Je n’ai donc pas un énorme recul sur l’utilisation de cette fabuleuse machine. Garde en tête que je ne suis pas une professionnelle, ce n’est que mon avis de couturière amatrice.

Néanmoins, je vais essayer de  répondre à tes questions !  Et notamment, je vais t’expliquer comment régler la tension des fils de ta surjeteuse, avec une méthode très simple. Avec çà, vous allez vite devenir les meilleures amies ! (je ne suis pas responsable de la jalousie que pourrait déclencher ta machine à coudre !)

Une surjeteuse, qu’est-ce que c’est ?

Une surjeteuse est une machine qui permet de couper le tissu, de le piquer mais aussi de le surfiler en un seul passage. Oui oui, en un seul !

La surjeteuse possède 4 fils : 2 boucleurs, et 2 aiguilles. C’est grâce à ça que l’on peut faire de belles finitions, embellir nos ouvrages et obtenir un travail digne d’un vêtement acheté en boutique !

La surjeteuse permet de coudre avec une grande facilité des tissus qui sont plutôt difficiles à coudre à la machine à coudre. C’est le cas de la maille par exemple (les jersey, les sweat, les pulls etc) ! Eh oui, ces tissus étant extensibles, la machine à coudre est impitoyable avec eux. Il est très difficile d’obtenir de jolies finitions, ou des coutures extensibles. La surjeteuse par contre, va coudre ces tissus avec une facilité déconcertante ! C’est presque… magique ! Le point de chaînette va réaliser des coutures extensibles, dignes du prêt à porter.

On dit qu’une surjeteuse peut réaliser 15 types de points différents. Mais en réalité, on peut les regrouper dans 3 catégories :

  • le surjet : à 3 ou 4 fils
  • le roulotté (ou ourlet roulé, c’est la même chose) : à 2 ou 3 fils
  • le flatlock : à 2, 3  ou 4 fils

Et c’est quoi la différence avec une machine à coudre ?

La machine à coudre réalise ce qu’on appelle des points noués, tandis que la surjeteuse réalise un point enveloppant : les fils des boucleurs entourent le bord du tissu, qui sont alors retenus par les fils des aiguilles (Merci à https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fcoutureandpaillettes%2Fposts%2F306175943202413&width=500 » target= »_blank » rel= »noopener »>Dominique pour m’avoir fait remarquer mon erreur !!). C’est la première différence. Mais il y a aussi 3 choses indispensables à savoir sur la surjeteuse :

  • Les griffes d’entrainement et le différentiel

La surjeteuse peut froncer le tissu ou le tendre en fonction de l’effet voulu, grâce aux griffes d’entraînement. Contrairement à la machine à coudre, la surjeteuse est capable d’imposer deux vitesses différentes à ses griffes : c’est le rôle du différentiel ! Ainsi, lorsque l’on souhaite froncer le tissu, la griffe avant va plus vite que celle de derrière. Et c’est l’inverse si l’on veut tendre le tissu !

  • Les couteaux

Une surjeteuse ne coud qu’au bord du tissu.  Elle dispose donc de deux couteaux. L’un supérieur qui est dit amovible, et l’autre inférieur, que l’on ne remarque quasiment jamais. C’est le couteau supérieur qui va se déplacer et venir couper le tissu avec la lame inférieure. Il est important de les garder en bon état, c’est pourquoi il faut éviter de coudre sur des épingles. Et au cas où ça t’arriverai, c’est pas grave hein ! Bon ça va faire un bruit désagréable, un claquement très sec. L’aiguille risque d’être tordue (ou pire : cassée et tu ne retrouveras qu’un bout) mais les ciseaux sont des pièces amovibles qui se changent ! Ouf !

DSCN1796

 

  • Les boucleurs

Les boucleurs de la surjeteuse sont les pièces inférieures qui permettent de former… des boucles (naaaaaan sans dec ?!). Je vais être honnête : il y en a un qui est plus difficile que l’autre à enfiler. Mais sur certaine machine, l’enfilage est simplifié grâce à des boucleurs amovibles qui s’avancent pour l’enfilage. Entre nous, c’est une question d’habitude. Il ne faut pas un bac+5 en couture pour l’enfiler. C’est l’histoire de 2 ou 3 fois, et puis après, tu le feras en moins de 2 minutes ! 

dscn1793.jpg

Et les points négatifs dans tout ça ?

Depuis le début, je te vante les mérites d’une surjeteuse, telle une présentatrice du téléachat sur nrj12. Mais il y a quelques ombres au tableau.

Tout d’abords, 4 fils signifie qu’il faut utiliser 4 bobines. Ton budget couture va en prendre un coup… Et je ne parle pas des petites bobines de 500 m de fils. Non non, je te parle des cônes de 4500 m. Alors si tu ne veux pas te ruiner en fils, je te conseille d’investir dans 4 bobines noires et 4 bobines blanches. Contrairement à la machine à coudre, tu n’a pas besoin d’utiliser des fils de la même couleur que le tissu. Généralement j’utilise 3 noires ou 3 blanches, et je mets du fil de la même couleur que mon tissu sur l’aiguille de gauche.

DSCN1800.JPG

La surjeteuse coupe et coud en même temps. Il ne faut donc pas se rater quand on surjette. Un morceau mal placé, et c’est plusieurs pièces qu’il faudra recouper ! De plus, une surjeteuse génère beaucoup de poussières à cause des couteaux… Il faut alors nettoyer méticuleusement la machine après chaque utilisation. Un petit pinceau, une bombe d’air comprimé ainsi qu’une burette d’huile doivent faire parti de ton petit matériel d’entretien.

Le prixoui, on va parler de la douloureuse… Autant on peut trouver une machine à coudre pour débuter, à moins de 100€. Pour une surjeteuse, les premiers prix sont de l’orde de 200€. Lorsque l’on débute, je suis consciente que c’est un budget conséquent. Que l’on préférerait acheter de jolis tissus et des patrons pour ce budget. Si la couture n’est qu’une activité occasionnelle, (si tu ne fais que tes rideaux tous les 3 ans par exemple)  je ne pense pas qu’il faut que tu investisses dedans (achète toi de jolis tissus pour tes rideaux plutôt !). Mais si tu aimes créer de jolis vêtements, pour toi, ta famille et faire plaisir à ton entourage, alors je te conseille de mettre de l’argent de côté pour avoir une surjeteuse.

Je ne suis malheureusement pas en mesure de te recommander un modèle plutôt qu’un autre. Je vais donc te dire quel est le modèle que je possède : il s’agit de la element by Pfaff 1230, vendu par Lidl, jusqu’à l’année dernière. Maintenant, ils sont passés au modèle 1450. J’ai trouvé ma machine sur le boncoin, pour 80€. Elle était quasi neuve ! La personne l’ayant achetée s’en était servie 2 fois, et depuis, elle était au fond de son carton…. Tu le crois ça ? Une pauvre machine seule, abandonnée, qui ne demandait qu’à être utilisée ! Qui ne demandait qu’à trouver une copine de couture…  Je suis très contente de ma machine. Elle fait tout ce que je lui demande, même les épaisseurs ! A condition d’aller doucement aussi…

Comment régler sa surjeteuse ?

Comme beaucoup de gens de ma génération, je suis une facebook addict je fais partie de plusieurs groupes de couture, et je vois souvent des personnes en détresses car elles n’arrivent pas à dompter leur machine.

On ne parlera pas des gens qui se contentent, d’un air dédaigneux, de les renvoyer vers leur manuel…. 

Alors je vais t’expliquer la méthode que l’on ma montré pour régler ma surjeteuse.

C’est une méthode très scolaire, mais qui fonctionne avec tous les tissus, et avec toutes les surjeteuses.

Il faut que tu saches que la tension des fils dépend de 3 paramètres:

  • de la nature du point (surjet, roulotté, flatlock)
  • de la qualité des fils
  • de la matière à surjeter (épaisseur, élasticité, nature)

A chaque fois que tu changeras l’un des paramètres, il faudra re-faire la méthode.

Cette technique c’est celle des « cartes de tissus« , qu’on appelle aussi fabricmap.

Pour commencer, je te conseille d’utiliser 4 bobines de couleurs différentes. Idéalement, des bobines correspondantes aux couleurs de ta surjeteuse. Dans mon cas, j’utilise du rouge, du jaune, du vert et du bleu ! Attention : ces 4 bobines doivent être de la même qualité que celles que tu utiliseras sur ton vêtement ! 

La méthode consiste à trouver le réglage de chaque fil, un par un !

Pour cela, on va découper 4 morceaux de tissus (4 fois dans le même tissus ) de 4 x 36 cm. Tu peux découper un gabarit en carton pour que ce soit plus facile pour toi.

Ensuite, tous les 4 cm tu vas faire un trait horizontal. Tu obtiens alors 9 cases sur ton tissu. Ces 9 cases représentent les 9 valeurs de tensions possibles !

On règle ensuite toutes les valeurs de tension sur 4.

Pourquoi sur 4 ? Les tensions disponibles vont de 1 à 9, la tension moyenne est alors 4,5. Lorsque j’ai appris à régler ma surjeteuse, on m’a expliqué qu’en mettant les tensions sur 4 pour les fabricmap, le surjet que l’on réalisera sera assez lisible pour trouver le bon réglage. Je m’explique :

Si l’on mettait tous les réglages sur 1, tout serait trop lâche. Et si l’on mettait tout sur 9, au contraire tout serait beaucoup trop serré. Si tu veux t’en convaincre, fais un test ! 

DSCN1806

Place ton premier morceau de tissu sous le pied presseur, et utilises le volant pour y planter les aiguilles.

 On va régler la tension du fil rouge. Chez moi, et je pense que c’est le cas sur la plupart des machines, c’est le boucleur supérieur.

Petite info (allez c’est cadeau !) je règle toujours mes fils dans l’ordre d’enfilage. On me l’a apprit comme ça, et j’ai gardé le reflex… C’est bête non ? Parce qu’en soit, ça ne changerait pas grand chose de commencer par le jaune ou par le bleu ;)…

{ Pour cela, place la tension du fil rouge sur la valeur 1.

DSCN1808

Surjette ensuite jusqu’au premier trait, et change la valeur de tension sur la valeur 2.

dscn1809.jpg

Surjette ensuite jusqu’au deuxième trait, et change la valeur de tension sur la valeur 3.

DSCN1810

Continue ainsi de suite jusqu’à arriver à la tension 9 dans ton dernier rectangle ! }

Il faut que tu recommences ce qui est entre les { } pour les 3 autres fils. A chaque fois, toutes les tensions sont réglées sur 4, SAUF celle dont tu es en train de faire la fabricmap ! Jusque là, c’est facile non ?

Tu obtiens donc 4 fabric map :

  • celle de l’aiguille de gauche
  • celle de l’aiguille de droite
  • celle du boucleur supérieur
  • celle du boucleur inférieur

FabricMap.png

Maintenant, il va falloir regarder UN seul fil par fabric map. Et tu vas comprendre pourquoi il était judicieux de respecter le code couleur…

  • sur la fabricmap du boucleur supérieur, tu ne dois regarder que le fil rouge

Il faut que les boucles rouges apparaissent uniquement sur l’endroit de ton travail. Elles doivent aller jusqu’au bord du tissu.

boucleurSupEndroit.png

On doit à peine voir les boucles sur l’envers,

boucleurSupEnvers.png

  • sur la fabricmap du boucleur inférieur, tu ne dois regarder que le fil jaune

Il faut que les boucles jaunes apparaissent uniquement sur l’envers de ton travail. Elles doivent aller jusqu’au bord du tissu.

boucleurInfEnvers.png

On doit à peine voir les boucles sur l’endroit.

boucleurInfEndroit.png

 

  • sur la fabricmap de l’aiguille gauche, tu ne dois regarder que le fil bleu

Il faut voir un joli point droit sur l’endroit de ton travail (comme à la machine à coudre).

filGaucheEndroit

Tandis qu’à l’arrière, on doit observer à peine un point. En aucun cas, ton tissu ne doit être froncé.

filGaucheEnvers

  • sur la fabricmap de l‘aiguille de droite, tu ne dois regarder que le fil vert

il faut voir un joli point droit sur l’endroit de ton travail (comme à la machine à coudre).

fildroitEndroit

Tandis qu’à l’arrière, on doit observer à peine un point. En aucun cas, ton tissu ne doit être froncé.

filDroitEnvers

Prend ton temps et regarde attentivement chaque case de chaque fabricmap. L’endroit et l’envers. Il y a forcément une case où le réglage est parfaitSi, il y en a forcément une, je te l’assure. Coche cette case !

Le réglage final correspond donc aux valeurs de tension que tu as coché pour chaque fils ! Tu vois, c’est pas si compliqué de trouver la bonne tension 😉

Je te montre d’autres fabric map que j’ai fait. Il s’agit d’un surjet 3 fils, pour un jersey poilu ! J’ai surjeté les deux côtés de mes fabricmap pour réaliser les 2 surjets possibles. Le surjet large en utilisant l’aiguille de gauche, et le surjet étroit en utilisant l’aiguille de droite.

DSCN1849.JPG

Je ne t’ai pas mis le détail en gros plan. Mais mes réglages obtenus sont les suivants :

  • surjet 3 fils large, c’est à dire en utilisant l’aiguille de gauche (= le côté gauche de mes fabricmap) : 5 – Ø – 55
  • surjet 3 fils étroit, c’est à  dire en utilisant l’aiguille de droite (= le côté droit de mes fabricmap) : Ø – 577

Tu remarques que mes tensions pour les boucleurs sont différents, alors que je n’ai pas changé de tissus ni de fils… La tension est plus élevée pour réaliser le surjet étroit, et si on réfléchit un peu, c’est assez normal. En effet, pour réaliser le surjet large, l’aiguille étant plus éloignée du bord, les fils des boucleurs sont amenés à faire une plus grande distance, il sont plus tirés. Il faut donc une tension moindre pour tendre ces fils.

Evidemment, il n’est pas obligatoire de le faire pour chaque tissu ! Moi je garde mes fabricmap et je compare mon « nouveau tissu » à ceux que j’ai déjà utilisé avant. Histoire de voir si j’ai déjà travaillé un tissu similaire par le passé, et donc, si j’ai déjà les réglages de fait ! Je n’aime pas travailler inutilement…

Pour rentabiliser mes fabric map, j’utilise aussi les deux bords de mon gabarit ! J’utilise les deux épaisseurs d’un côté pour faire un surjet 4 fils, et j’utilise une seule épaisseur de l’autre côté pour faire un surjet 4 fils.

Dernière petite astuce !

Maintenant que tu as trouvé tes réglages, tu va vouloir utiliser d’autres coloris. Les couleurs de bases ne sont pas très harmonieuse…

Il y a deux écoles :

  • la première : on renfile tous les fils. C’est la méthode classique, et c’est celle que je fais. Enfiler une surjeteuse n’est pas si compliqué qu’on le pense 😉
  • la seconde : on coupe les fils au niveau des bobine, on fait un noeud avec les nouveaux fils et on renfile uniquement les fils des aiguilles. On mets toutes les tensions à 0 et on va utiliser le volant de la machine pour tirer les fils doucement. J’ai appris dernièrement que cette méthode pouvait abîmer la machine, notamment au niveau des boucleurs, qui pourraient se tordre. Je vous conseille donc vivement de vous entraîner à enfiler votre machine, se serait dommage de l’abîmer….

J’espère que cet article vous a plu ! Et qu’il vous servira dans votre apprentissage de la surjeteuse !!

En tout cas, n’hésitez pas à partager mon article autour de vous ! Aux débutants, aux confirmés, ou à celles et ceux qui pensent que c’est une machine compliquée !

 

Publicités

12 commentaires sur “Comment régler les tensions de sa surjeteuse?

  1. Respect ! Superbe article ! Quel travail… 😉 Bien que pratiquante en couture depuis très longtemps, je n’ai acquis ma surjeteuse qu’il y a une quinzaine d’années… et j’en ai appris, des astuces !
    Juste une précision à apporter surtout aux nouvelles pratiquantes (les autres en ont fait l’expérience…) : si les couteaux sont remplaçables, ils coûtent quand même relativement chers !!! Alors, soignez-les ! Ne laissez pas d’épingles à leur portée…
    Merci à vous et bonne couture pour 2017 !
    Monik

    J'aime

  2. merci pour toutes ces explications !
    maintenant j’aimerais bien savoir comment faire un roulotté ………..
    si quelqu’un peut m’expliquer, je serais comblée

    J'aime

    1. Bonsoir Pascale ! Je n’ai pas encore eu l’occasion de faire un roulotté, mais dans la notice, il est écrit qu’il faut basculer le curseur de S (surjet) vers R (roulotté). ET utiliser le Convertisseur 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s